Le design sonore ou le “vroum vroum” qui fait vendre

Salut!

L’homme, comme tout le monde le sait, aime avec les yeux et la femme, avec les oreilles.

Je suis donc obligée de conclure que le consommateur se féminise de plus en plus puisqu’actuellement, dans le domaine du marketing, le son qu’un produit émet participe, tout autant que son apparence, dans la définition de la qualité de ce dernier. Aujourd’hui les marques ne peuvent plus développer et espérer vendre un objet sans s’intéresser à son aspect sonore. Du coup, on aperçoit le développement d’un domaine particulier du marketing, le design sonore. Il existe même des agences spécifiques (p.ex Laps à Paris) qui étudient et “créent les sons” que produiront ensuite votre voiture, ordinateur, briquet et même…vos cornflakes!

Eh oui, des monsieurs très sérieux analysent avec le plus grand soin l’indice de croustillance des flocons émergés dans le lait, en adaptant ensuite leur forme au son souhaité, lequel, au final, séduira le public cible. Les designers sonores sont déjà habitués aux requêtes souvent “inattendues” de leurs clients: privés ou les grandes marques : par exemple, celle de créer une signature sonore pour l’ouverture d’un poudrier! Le client en question voulait qu’il sonne comme la porte de sa Jaguar… why not?   

Le fait intéressant : afin de pouvoir traduire l’émotion qu’ils souhaitent obtenir en un bruit particulier, les designers sonores recourent à la psycho-acoustique, une discipline scientifique qui traite des sensations acoustique chez l’homme.   

De plus, avec le développement fulgurant du tout “interactif – digital – dématérialisé – qu’on ne peut pas toucher”, la dimension auditive des produits prend de plus en plus d’importance car, en absence du toucher, le son devient une des représentations essentielles de la qualité des produits. On se dit donc que le métier du designer sonore a de l’avenir, car ce sera à eux de créer des tonalités qui décriront au mieux le caractère individuel des objets. Alors si vous ne savez toujours pas dans quoi vous lancer, c’est une option à ne pas négliger 🙂    

Et voici quelques exemples de produits avec un “pschitt” ou “splash” connus:

1. Tout comme les normes sociales et les codes couleurs, la symbolique des sons diffère d’une culture à l’autre. Ainsi, le fameux « clic du briquet Dupont » est une des plus belles représentations du design sonore qui diffère d’un pays à l’autre. En Occident, le haut de gamme étant associé à des sonorités mates, graves et rondes, les briquets destinés à ce marché possèderont un son mat et sec. Par contre, en Asie, ces derniers émettront un son plus aigu et clinquant, symbole du luxe dans cette partie du monde. Etant devenu un vrai symbole de luxe, le fameux “clic” place tout de suite le fumeur sur un certain piédestal, en informant les gens autour sur le niveau des revenus de la personne (c’est là que le mot “bling-bling” prend tout son sens):     

2. Le son du démarrage du 1er Mac: cette vidéo montre l’évolution du son de démarrage de cette chère marque à la pomme, dont le premier, spécifique entre tous, est un do majeur, joué à l’époque, en 1984, par un ingénieur d’Apple sur un synthétiseur Korg!:  

3. La Leaf de Nissan  : L’arrivée des voitures électriques a créé un nouveau challenge pour l’industrie automobile, car ces engins…sont totalement silencieux!.. Ce qui peut paraître comme un avantage, est en réalité considéré comme un point négatif par les marques: selon eux, le bolide perdrait ainsi un peu de son individualisme, de son caractère. Imaginez donc une Ferrari qui ne fait plus son rugissement viril ! On pourrait carrément penser qu’elle a perdu (pardonnez-moi l’expression…) ses attributs masculins!

Un autre danger, plus pragmatique réside dans le fait que ce silence représente aussi un danger pour les piétons qui n’entendraient plus l’arrivée de la voiture. Les créateurs de la nouvelle Leaf de Nissan ont décidé de palier à ce manque en incluant une fonction spécifique, le VSP (Vehicle Sound for Pedestrians) qui lui permet de se faire entendre!

Alors la prochaine fois que vous mangerez vos corn flakes, vous ferez sûrement plus attention au son qu’ils émettent sous la dent, en sachant que celui-ci est un pur produit marketing, étudié, analysé et adapté à vos désirs! Tout de suite, ça devient meilleur, eh?  

« Enjoy the music of your life »!

Votre Vale

Advertisements
This entry was posted in Tendances Marketing. Bookmark the permalink.

2 Responses to Le design sonore ou le “vroum vroum” qui fait vendre

  1. Pingback: Le Marketing olfactif | Fresh World of Valeria

  2. LSAC says:

    Bonjour,

    Pour ceux qui sont intéressés,

    http://www.ircam.fr/961.html

    Nouveau Master de Design Sonore qui ouvre cette année au Mans ( Ecole Supérieure des Beaux Arts Tours Angers Le Mans ). De futurs créateurs de ” Vroum Vroum ” comme vous dites… 😉
    Mais avec intelligence je l’espère, puisqu’il est créé en partenariat avec l’Ircam, LAPS, le Laboratoire d’Acoustique de l’Université du Maine, et l’ENSCI-les Ateliers (École nationale supérieure de création industrielle).

    Cordialement.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s