Le Néo-Féminisme ou que veulent les femmes du 21ème siècle?

Hello,

Bon allez, j’avoue…je ne me suis jamais sentie féministe dans le sens que l’on donne à ce mot habituellement; pour moi il évoque la haine des mecs et l’agressivité. Alors que perso, je n’ai jamais détesté les hommes, bien au contraire…

17439913_10155013885593971_1486144026_n (2)

Par contre, il allait aussi de soi pour moi que les femmes et les hommes avaient les mêmes droits et devoirs civiques. Ça ne pouvait juste pas être autrement…et pourquoi? Nous sommes tous des êtres humains, et ce n’est pas, pardonnez-moi l’expression, “une paire de couilles” qui vous placerait plus haut sur l’échelle des droits humains. Dans ce sens-là, oui, je suis féministe. 

Du coup, j’ai longtemps cherché le bon qualificatif pour mon état d’esprit et récemment je suis tombée sur la définition du néo-féminisme, dans lequel je me suis tout de suite reconnue:

“Le néo-féminisme est une philosophie qui soutient l’idée d’une complète complémentarité entre hommes et femmes plutôt qu’une supériorité d’un sexe sur l’autre…il soutient l’idée que les hommes et femmes ont différents atouts, perspectives et rôles mais préconise l’attribution de la même valeur et du même respect aux deux sexes. Les différences qui y sont vues comme les plus importantes sont d’ordre biologique plus que culturel. Les néo-féministes estiment que les femmes doivent être reconnues à leur juste valeur quant à leur rôle dans l’éducation des enfants, l’entretien de la maison mais aussi dans leur individualité, au même titre que les hommes”. 

Complémentarité! C’est ça le bon mot (yin-yang, tout ça…) Réfléchissez seulement:

Vous n’allez pas nier que nous (hommes et femmes) sommes différents, rien qu’au niveau physique 😉 waste(psychologique aussi selon certaines recherches sur les sujet). Un homme ne peut pas allaiter un nourrisson, il en est biologiquement incapable… alors pourquoi s’obstiner à le blâmer pour ça? Chacun devrait faire au mieux de ses capacités. Pour moi cela a toujours été logique car c’est comme cela que ça se faisait toujours dans ma famille. Maman travaillait et faisait à manger mais c’est papa qui m’emmenait à l’école et pouvait très bien se débrouiller pour préparer un repas ou faire la lessive si nécessaire (bon, après je ne parle pas de la qualité, mais c’est l’intention qui compte, hein ;)).

Revenons au combat des féministes. Certes, à ses débuts il était nécessaire de faire du bruit, bousculer les esprits et botter certains derrières. Et il faut encore le faire! L’égalité femme-homme n’est de loin pas acquise, même dans les pays développés (au niveau des salaires p.ex.). Et vous savez vous-mêmes je pense quelles atrocités se passent dans certains pays en voie du développement… Mais les progrès sont énormes. Grâce à l’engagement de femmes très braves, ainsi que de personnalités politiques et de certaines stars aussi. Je vous ai d’ailleurs débusqué une petite liste sympa d’engagements des stars-féministes:

 

Donc oui, se battre, il faut (mon dieu, je commence à parler comme maître Yoda, tellement ça me touche ce sujet).

COVERhires_comp.jpgMais par contre, je crois (peut-être naïvement) en la bonté de l’homme (des mecs donc) et je pense qu’il ne faut pas forcement les détruire pour pouvoir survivre soi-même. On ne peut pas d’ailleurs (enfin pas encore…dans quelques années peut-être, à voir les progrès scientifiques, mais ce serait pas drôle de toute façon). 

En fait, pour résumer, les néo-féministes estiment qu’il ne devrait même plus exister de telle notion comme “le féminisme” car pour elles cela va de soi que tous les êtres humains (hommes et femmes) soient égaux. Et par conséquent, toutes les personnes ayant des idées féministes sont en fait juste des personnes humaines et sensées. Vous êtes donc soit une personne normale, pleine de sens, soit sexiste. Facile, non? 😉

Alors pourquoi pas essayer de vivre ensemble et si possible sans léser personne (question de bien-être universel disons) … ?

Sur cette note positive et égalitaire,

Je vous souhaite une très bonne soirée,

Votre Vale.

#Makelovenotwar

 

Advertisements
Posted in Tendances Société | Tagged , , | Leave a comment

Je mange donc je m’engage

Hello,

Je vais vous révéler une chose qui va peut-être vous surprendre ou même choquer…à chaque fois que vous choisissez un produit dans un supermarché, que vous le mangez et que vous jetez ce qui en reste, vous participez activement dans la gestion de notre planète… Ça va, vous tenez le coup? Je rigole, je suis sûre que vous en doutiez un peu quand même…

Bon allez, je développe le sujet :

Gandhi a dit une fois: “Il y a des gens dans ce monde si affamés, que Dieu ne peut leur apparaître que sous la forme de pain”.

Triste vérité qui décrit aussi un fait avéré : la nourriture c’est la vie ! Elle se trouve ainsi au croisement de (presque) tous les systèmes gérant notre vie: économique (à travers la fabrication des produits), écologique (via la consommation), celle de l’éducation (ca commence déjà à la cantine), et bien sûr les systèmes de santé et religieux (via nos choix alimentaires et les interdits).

FoodEconomics_640x360

Et à chacun de vos choix, vous faites un geste de citoyen engagé. Vous voulez un exemple concret? Prenez l’avocat 😉 Vous aimez les avocats? Dites pas non, tout le monde les aime, les 5’386 192 #avocado sur instagram le prouvent (Et c’est qu’en anglais !). Mais saviez-vous que l’amour inconditionnel de cette boule verte est en train de littéralement détruire la flore et faune tropicales du Mexique, 1er producteur d’avocats dans le monde? Car oui, pour satisfaire cette demande impressionnante, faut bien produire plus, souvent en défaveur de l’écologie locale.

Certains ont bien compris l’influence du contenu de nos assiettes sur le futur de l’humanité (wow…ça sonne super important) et essaient de changer les choses au travers des diverses initiatives. En voici quelques-unes, qui ont pris le plus d’ampleur ou sont juste insolites ou funky:

Au niveau privé:

Freeganisme (ou gratuivorisme):

Ce mouvement, créé en 1999 aux États-Unis par Warren Oakes, prône un mode de vie freeganlogoalternatif qui consiste à consommer principalement ce qui est gratuit et végane et à créer des réseaux d’entraide qui facilitent ce choix, tout cela dans le but de dénoncer le gaspillage alimentaire et la pollution générées par les déchets. Ils se sont fait surtout connaître par leurs “raids” sur les poubelles des supermarchés dans le but de récupérer les denrées alimentaires invendues et éviter ainsi le gaspillage. D’ou aussi leur surnom de “déchétariens”. Le freeganisme s’applique non seulement à l’alimentation mais aussi à d’autres aspects de la vie, en promouvant la décroissance, la réduction du temps de travail (voire le glanage), le maraîchage, le troc et même la désobéissance civile…#larévolutionestenmarche

Les restos des “restes” 

Certains petits malins ont vu qu’on peut non seulement ne pas gaspiller la nourriture mais même tirer profit de ce qui ne sera pas vendu. Comme ce restaurant danois, Rub & Stub, ouvert en 2013, ou l’on prépare des plats à partir de surplus industriels ou des produits proches de la date de péremption. Premier en Europe, il a depuis évolué en une entreprise sociale qui donne des consultations ou organise des events autour de l’alimentation responsable, mais a aussi lancé une tendance durable, vu que d’autres lieux similaires ont ouvert en Europe et partout dans le monde. Comme cette cantine participative parisienne, Freegan Pony (j’adore le nom 🙂 ) ou l’on cuisine les restes invendus du Ringis.

Les chefs s’engagent:

Qui, si ce n’est pas les chefs, sont les mieux placés pour s’exprimer au sujet de l’alimentation? Et depuis quelques années ils le font! Et pas qu’un peu!

imgVous connaissiez sûrement Jamie Oliver, The Star de l’engagement politique et social pour une alimentation saine; mais désormais il y a aussi Massimo Bottura et son ONG Food for Soul dont le but est de sensibiliser le public sur le gaspillage alimentaire et la faim grâce à des initiatives en collaboration avec des chefs, des artistes, des designers et des institutions. Il y a encore René Redzepi, le fameux chef du Noma (quand même classé comme « meilleur restaurant au monde » 4 années de suite…) qui recycle 100% de ses déchets, promeut le locavorisme et lance bientôt un cours sur le développement durable. En France, une centaine de chefs ont même signé en septembre dernier une lettre ouverte contre le rachat de Monsanto par Bayer.

Certes, tout cela est certes aussi dû à un phénomène de mode, mais honnêtement, si ca sert la bonne cause, j’y vois aucun mal…

Au niveau public:

Bien entendu, il aurait été bizarr2016-04-22-1461333964-2709411-globalgoals112responsibleconsumptionandproduction.jpg__731x380_q85_crop_subsampling2_upscale-thumbe si, vu l’ampleur actuelle du phénomène, les gouvernements n’avaient pas pensé à agir…ils l’ont fait. L’initiative majeure au niveau mondial aujourd’hui s’appelle « les 17 Objectifs de Développement Durable », initiée et gérée par les Nations Unies. Ces derniers englobent tous les domaines actuels de préoccupation, tels que la pauvreté, l’inégalité, l’éducation et 14 autres. Ainsi, N°12 se concentre sur « Établissement des modes de consommation et de production durables », pile dans notre thématique ici. Bon, par contre, même si ses objectifs-cibles sont certes très honorables, honnêtement, ils ne me paraissent pas vraiment atteignables en 2030 (année butoir)…jugez par vous-mêmes:

  • D’ici à 2030, réduire de moitié à l’échelle mondiale le volume de déchets alimentaires par habitant au niveau de la distribution comme de la consommation

ou encore celui-là

  • D’ici à 2030, faire en sorte que toutes les personnes, partout dans le monde, aient les informations et connaissances nécessaires au développement durable et à un style de vie en harmonie avec la nature.

Bien du courage je leur souhaite…

Et si après ce récit vous vous sentez terrorisé d’aller faire vos courses (j’en suis vraiment désolée..),  je vous conseille ce documentaire qui vous aidera, comme son nom l’indique (“Food choices”), à faire des bons choix alimentaires 🙂

Sur cette note appetissante et engageante,

Je vous souhaite une très bonne soirée mes amis,

Votre Vale

Et bon appetit, malgré tout 😉

BITTMAN-jumbo

Posted in Tendances Food, Tendances Société | Tagged , , , | Leave a comment

Education first ou pourquoi avec l’éducation actuelle on va droit dans le mur.

Hello,

Récemment je suis tombé sur une vidéo de Prince Ea (qui est par ailleurs très fort pour décrire les vérités de ce monde de manière funky) et j’ai été frappée par la justesse de ce qu’il dit. La majorité des systèmes scolaires actuelles ne préparent absolument pas les jeunes gens au monde de brutes qui les attend à la sortie de leurs études…

J’en avais déjà touché un mot dans l’un de mes articles précédents : l’éducation d’aujourd’hui n’est plus du tout adaptée aux changements technologiques et économiques que nous vivons actuellement. Les enfants continuent à apprendre les choses de manière passive, sans possibilité d’exprimer leurs idées et développer leurs vrais talents, comme au début du siècle dernier ! Alors qu’aujourd’hui la société a besoin de jeunes à l’esprit d’entreprenariat, qui osent (!) réfléchir par eux-mêmes, s’exprimer et innover ; et elle a surtout besoin d’êtres indépendants qui savent se débrouiller seuls, sans un N+1 qui leur dit en permanence quoi et comment faire…

Albert Einstein avait dit : “Tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide”. Et il était de loin pas quelqu’un qui dit des conneries…Alors pourquoi on continue à mettre tous les enfants dans le même moule, à les apprendre à penser et agir de la même manière ? L’école s’est bloquée sur la case “Génération X” alors qu’on élève actuellement les “Z” !

education-system.png

Bon, les meubles peuvent encore être sauvés (même si ça craint, j’avoue…) si les autorités s’y prennent rapidement. Et il faut dire que dans certains pays les choses bougent déjà. Du coup j’ai voulu partager avec vous les initiatives les plus innovantes et insolites #toutnestpasperdu

Les horaires scolaires adaptés aux jeunes adultes :

Cette initiative nous vient directement des Etats-Unis (comme pas mal de choses, avouons-le) : j’appelle le Start School Later Movement qui prône l’instauration d’horaires adaptés à l’horloge biologique des ados ! Les defenseurs de ce mouvement, incluant des économistes, éducateurs et autres scientifiques et spécialistes du sommeil sont convaincu que les horaires (trop) matinaux des écoles secondaires et des collèges 16684782_10154891578333971_1323511653_nsont contre-productifs et incompatibles avec les besoins en sommeil des jeunes, très différents de ceux des adultes ou enfants. Les études ont ainsi démontré qu’à l’adolescence la personne se retrouve dans une sorte de décalage horaire… « Au moment de se coucher à 23 heures, son horloge biologique interne lui dit qu’il n’est que 20 heures. Il ne ressent donc pas le goût ni le besoin d’aller se coucher. Cependant, le lendemain, lorsque le réveil sonne à 7 heures, son corps indique 4 heures du matin » nous explique Brigitte Langevin, spécialiste du sommeil des enfants. #VDM, vraiment…

Suite à ces découvertes, l’Université de Minnesota a mis en place une expérience, au début des années 1990, dans les écoles publiques de Minneapolis, afin de voir les consequences d’un changement d’horaires. Et les résultats ne se sont pas fait attendre! En décalant les cours seulement d’une heure (de 7h20 à 8h40), ils ont constaté une chute d’absentéisme ainsi qu’une diminution de dépressions et des comportements violents parmi les élèves ! En plus de l’amélioration nette de résultats scolaires ! Depuis, plus de 250 écoles ont suivi cet exemple. A bon entendeur…

Suppression de devoirs (#pardon?) :

Là encore, ce sont de nouveau les Anglo-Saxons qui se sont distingués mais de ce côté de l’Atlantique cette fois. La directrice d’une école britannique a ainsi décidé de supprimer les devoirs scolaires en affirmant que cela permettrait aux enseignants de libérer plus de temps pour préparer leurs cours. Une mesure innovante et accueillie de manière…mitigée par les parents d’élèves, dont homeworkbeaucoup craignaient que leurs têtes blondes se retrouvent désœuvrés… La directrice les a rassuré qu’en cas de résultats scolaires en baisse l’expérience sera stoppée, que les élèves seront sensés de finaliser leurs projets scolaires pendant les heures des cours et que s’ils veulent vraiment, ils pourront toujours réaliser des travaux hors de l’école, lesquels seront encouragés par le biais du site web de l’école avec une remise de prix aux étudiants les plus dévoués…#quevoulezvousdeplus #ellegère

L’implémentation de nouvelles matières:

C’est en Suisse que les autorités de l’instruction publique viennent de lancer le projet de l’introduction de l’informatique comme une discipline obligatoire 1200x0-web4gallery-auto-54fd9adad6cc4-parallaxcours54fed43cc35b0.jpgau gymnase, avec notamment l’enseignement des bases de la programmation. Au vu de la digitalisation de tous les aspects de notre vie, je dis juste “Alléluia” (car perso, c’est une capacité qui me manque actuellement au niveau pro). La décision sera prise en octobre 2017… #fingerscrossed

Mais les pires (ou les meilleures plutôt) sont quand même les Finlandais ! Ce sont réellement des révolutionnaires du domaine educatif. Les enfants qui commencent l’école à 7 ans, absence d’examens pendant les 6 premières années d’étude, les élèves de tous les niveaux mélangés dans la même classe… l’anarchie totale…et pourtant ils ont un taux de réussite de 93% au bac et 66% d’étudiants vont à l’université – le taux le plus haut d’Europe ! Il y de quoi s’inspirer! Je vous laisse découvrir quelques autres faits étonnants sur l’éducation finlandaise qui en font l’un des pays les plus efficace en manière d’éducation 😉

Bon, et j’ai laissé le meilleur pour la fin. Je vie60cmschoolsns de découvrir une initiative qui prend enfin réellement en compte les changements de fond qui s’opèrent dans la société en ce moment et offre la possibilité aux jeunes de devenir des acteurs dans ce processus ! C’est l’organisation ASHOKA et son initiative Ashoka Changemaker Schools, dont le but est de cultiver une génération de citoyens épanouis, créatifs, conscients des enjeux sociétaux, confiants dans leur capacité à faire bouger les lignes et capables de révéler leur plein potentiel. Cette éducation passe bien entendu par l’apprentissage des savoirs fondamentaux mais aussi par l’acquisition de qualités telles que l’empathie, la prise d’initiatives ou la coopération. Ils ont véritablement tout compris !

Et sur cette note éducative, innovatrice et enthousiaste,

Je vous souhaite une très bonne journée

Votre Vale

P.S.: Et ça, c’est votre chère tête blonde dans 5 ans 😉

Carl_Zeiss_Cinemizer_learning.jpg

Posted in Tendances Société | Tagged , | Leave a comment

L’avenir est dans l’algue!

Hello,

Si, à l’évocation du mot “algues” seul l’image de plantes difformes flottantes dans l’eau algues-environnement-energievous vient à l’esprit, ou à la limite celle des sushis, vous devez absolument lire ce qui suit car vous serez oh que étonnés. Car les algues, ce sont des organismes (oui, ce sont des êtres vivants !) incroyables qu’on peut utiliser de mille et une manière ! Et pourraient même devenir demain des ingrédients de base de notre alimentation ainsi qu’un des matériaux les plus utilisés. Economique, écologique et plein de bonnes vertus !

Je n’aurais pas suffisamment de place ici pour décrire la totalité de leurs bienfaits et applications (c’est un blog et pas une encyclopédie quand même) mais je vais en dénombrer quelques-uns de ceux qui m’ont le plus marqué.

Algue qui nourrit (bien)

Dans le domaine culinaire l’algue est carrément un produit multifonction. A part les manger simplement, ce que je vous conseille fortement car : de l’un, c’est très bon et de deux, c’est plein de protéines et minéraux (en plus d’être très peu calorique…pour les plus hésitantes), on peut aussi cuisiner avec. En effet, ces propriétés particulières leur permettent de devenir le substitut économique, écologique et surtout végétal (!) de nombreux composants de nos plats, une aubaine pour les végétariens ou juste des 2277919.jpgpersonnes qui veulent diminuer leur consommation de produits animaux. Prenez le fameux agar-agar, fabriqué à partir de certaines algues rouges et qui remplace avec beaucoup de succès la gélatine animale. Et ce n’est qu’un petit aperçu de ses possibles applications ! Connaissant cela et à la vue de l’engouement actuel pour les produits végétaux, de nombreuses entreprises se sont jeté sur l’occasion en proposant des extraits d’algues qui peuvent remplacer, grâce aux protéines qu’elles contiennent, le beurre ou les œufs dans une recette ! L’entreprise française Roquette, a ainsi développé une nouvelle gamme de farines végétales riches à base de chlorelles (une micro-algue) qui remplacent les protéines animales en réduisant les graisses dans les plats préparés.

Algue qui soigne

Les algues possèdent de très nombreuses vertus curatives qui peuvent s’appliquer dans le domaine de la santé. Ainsi, ImmunRise développe des pesticides naturelles, c’est à dire des solutions non-OGM puisées dans la nature (des micro-algues marines dans ce cas) capables de stimuler les défenses naturelles des plantes ou de détruire carrément les agents pathogènes. Le group Olmix va plus loin en développant des molécules aux extraits d’algues afin d’améliorer la santé des animaux et des humains. Chez l’homme ces composants ont des applications potentielles dans les domaines des troubles du système nerveux central, de l’oncologie, de l’immunité ou encore de l’infectiologie.

Et c’est aussi un matériau qui va sauver notre planète ! (un truc de dingue)

Vous savez de combien de temps a besoin le plastique pour se décomposer ? 500 ans…En sachant que l’on produit environ 60 millions de tonnes de ce truc par an rien qu’en Europe et que seul un quart de sa production est recyclée…eh bien cela fait froid dans le dos de savoir où passent les 3/4 restants…Mais la solution existe et elle nous vielunettes-6nt de l’ingénieur breton Rémy Lucas qui, depuis 2011, fabrique un plastique d’origine naturelle, façonné à partir d’algues qui se décompose en…quelques heures seulement !!! (Algopack). De quoi rendre heureux les poissons et autres crades ! Et vue que son utilisation pratique dans l’industrie ni son coût ne diffèrent quasi pas de ceux du plastique issu du pétrole, la demande de ce matériau innovant croit de manière exponentielle à échelle internationale. Et vous, ça vous dirait d’avoir une clé USB ou des lunettes en algues (une collaboration successful entre Algopack et la société nantaise Naoned), sympa pour l’environnement ? Perso, suis preneuse 😉

Ci-dessous je vous mets une petite vidéo qui vous donnera un peu plus de détails sur cette nouveau matériau merveilleux :

Et ce n’est de loin pas tout ! Les algues nous rendent aussi belles et beaux (Algenist – des produits anti-âge à base de micro-algues) et ils peuvent même produire de l’énergie! En effet, des entreprises comme Solazyme ou encore Algae.Tec transforment les algues carrément en biodiesel! (c’est-à-dire le diesel sympa pour l’environnement). Et voilà comment ça fonctionne: « Les algues se servent de l’énergie solaire et du CO2 alentour pour leur photosynthèse. Pendant leur croissance, les algues accumulent de la graisse. Et c’est à partir de cette graisse que le carburant est fabriqué. » explique Stéphane-Alain Riou, directeur adjoint du pôle de compétitivité Pôle Mer – Bretagne.

Et puis ça se mange aussi les algues. Et c’est très bon. Et plein de protéines. Et voilà. Et je suis totalement fan 🙂

Sur cette note multi-usage,

Je vous souhaite une très bonne soirée.

Votre Vale.

51d587726423d84653d984d0238de0b5

Viva los sushis!

 

 

Posted in Tendances Food, Tendances Société | Leave a comment

L’accueil chaleureux de M. Trump par la communauté internationale ;)

Hello,

Il était une fois les Pays-Bas, un petit pays qui, avouons-le, n’est pas très connu (bon, à part peut-être pour leur marijuana légalisée et leurs mœurs légers…et les tulipes aussi, c’est bien les tulipes). Mais récemment ils ont lancé un buzz ENORME. Cela s’appelle “The Netherlands welcomes Trump in his own word”. Je pense que vous avez déjà remarqué ce chef d’œuvre qui circule comme un dingue sur les réseaux sociaux :

Le but étant de créer une vidéo « accueil » pour le président Trump en utilisant ses propres expressions “rigolotes” (faut dire qu’ils avaient le choix). Mais je pense pas qu’ils ont envisagé que leur succès prendrait autant d’ampleur…car ça a tellement bien marché que de plus de plus de pays les imite en ce moment : Belgique, Allemagne, Portugal, Danemark, Lituanie, Mexique(!) et même ma petite Suisse adorée, tous ont créé leurs versions du meilleur deuxième pays au monde (après les Etats-Unis bien entendu, car tout le monde a compris – c’est America first désormais, n’est-ce pas ?).

Du coup je vous ai sélectionné un petit trio de tête des versions les plus disjonctées :

En N°3 – la Suisse d’abord (en deuxième je veux dire… enfin vous avez compris)….bon ok, j’avoue que ce choix est principalement motivé par mon patriotisme (et puisque la Russie n’en a pas encore fait une, ce sera Switzerland – twelve points ;))

En N°2 – le Kazakhstan qui a fait fort aussi je trouve:

Et en N°1 – Mars! Ben ouais, et pourquoi pas? C’est presque un pays (bientôt habité par les Américans d’ailleurs). Et puis, c’est un endroit tellement parfait pour M. Trump: pas de femmes, pas de Mexicains et c’est tout orange… You will love it, Mr. Trump, it’s true 😉

Sur cette note inter..planétaire,

Je vous souhaite une très bonne journée 🙂

Vote Vale

Posted in Cultural, Multicultural, Cross-cultural | Leave a comment

La fin du travail?

Hello,

Avez-vous remarqué ces dernières années que vous effectuez vous-même de plus en plus de tâches, normalement réalisées par une personne, spécialement dédiée à cetautomatisation-referencementte activité ? Vous scannez vous-même vos achats dans un supermarché, vous faites vos paiements sur internet et achetez vos billets de transport dans une borne. Bienvenue dans le siècle de la digitalisation des services et de l’automatisation du travail !

Et d’un côté, cette évolution est une très bonne chose. L’automatisation des tâches augmente l’efficacité des entreprises, diminue le temps d’attente et rend nous, les clients, plus indépendants (des horaires ou des gens pas bien réveillés).

Mais d’un autre côté il faudrait quand même se poser la question: “Que vont désormais devenir toutes ces personnes, remplacées par les machines?”. En effet, les économistes sont formels: avec les avancées technologiques, près de 50 % des métiers d’aujourd’hui vont disparaître dans les 20 années à venir !

Et ce changement touchera tous les secteurs: l’industrie bien entendu mais aussi les transports, la banque ou encore les services médicaux et juridiques! Le graphique ci-dessous est très parlant. Il n’y a que très peu de tâches (la colonne de droite) qui ne peuvent (pas encore) être effectués par les ordinateurs.

basic-income

Et cela va si loin qu’une simple adaptation ne suffit plus. Il faudra désormais complètement repenser le système économique moderne. On aura tout simplement plus besoin d’autant de travailleurs…”Travailleurs” dans le sens où on l’entend aujourd’hui en tout cas (le fameux métro-boulot-dodo).

Mais comment faire alors? Car pour la majorité des gens le travail n’est souvent pas qu’une simple occupation mais constitue le socle autour duquel s’organise toute leur vie. Il donne du sens à l’existence. Sans lui beaucoup de personnes se sentiraient complètement inutiles et perdues.

C’est une véritable révolution économique et sociale qui nous arrive dessus et il faut déjà maintenant réfléchir aux solutions afin de pouvoir l’accompagner au mieux. Et elles existent!

On pensera bien entendu devenir-freelance-internetà l’entrepreneuriat. Des centaines de start-ups, Uber en tête, surfant sur, justement, cette digitalisation du travail ont explosé ces dernières années. Le souci est ici notre éducation, qui ne nous pousse pas forcement à créer et entreprendre. Les écoles actuelles forment de bons exécutants, non pas des bons leaders. Il faudra donc complètement repenser le système éducatif qui devra éveiller au mieux les jeunes esprits en formant des futurs travailleurs indépendants.

On pensera aussi au travail partiel, largement adapté dans les pays nordiques comme les Pays-Bas, la Suède ou la Norvège. Le problème qui se posera alors est la diminution logique du revenu des ménages, créant la précarité et poussant les gens à accumuler plusieurs emplois afin de compenser le gain perdu.

La solution serait peut-être cette idée loufoque du Revenu de base universel. Une somme distribuée à tous les habitants d’un pays sans distinction, en plus de leur salaire. Le montant de ce revenu devra correspondre bien entendu au coût de la vie dans un pays donné et sera sensé couvrir les besoins basique d’un individu.

Les détracteurs de ce concept insistent sur le risque évident (pour eux donc) de la diminution du taux d’occupation de la population. En gros que les gens arrêtent simplement de bosser…

Eh bien, les exemples montrent bien le contraire! Comme cette expérience «grand format» réalisée au milieu des années 70 à Dauphin, une petite ville canadienne, où les habitants recevaient, pendant 5 ans, un revenu de base. Les résultats ont été plus que rassurants ! En effet, seules 2 groupes de personnes ont diminué leurs temps de travail: les adolescents (car ils n’avaient plus de pression pour soit gagner leur propre argent de poche soit pour soutenir leur famille financièrement) et les jeunes mères (qui préféraient passer plus de temps avec leurs enfants).

Et ce n’ai pas tout ! Il y a eu plusieurs autres conséquences très positives. Bien entendu, la pauvreté a disparu. Mais encore: le nombre d’hospitalisations a drastiquement chuté (surtout liées aux accidents, blessures et maladies psychiatrique (tellement parlant !) et le taux de réussite scolaire a aussi augmenté de manière inattendue. Une preuve évidente des effets majeurs positifs de cette mesure sur la société ! 🙂

Ce serait donc possible! Et là, vous allez me poser THE question: et d’où tu sortirais tout cet argent pour financer un tel projet colossal? Car oui, ca représenterait quand même une petite somme…en France par exemple, où les défenseurs du revenu de base proposent une somme de 750 EUR par personne, cela fera quand même un poste de plus de 50 milliards dans le budget du pays… 😦

Et bien oui, cela ne sera pas facile. Mais une des solutions, selon moi (sûrement très naïve) serait d’envisager le prélevement d’un certain pourcentage de la valeur ajoutée produite par chaque entreprise. Car les richesses, elles, continueraient à être produites (et même augmenteraient grâce à l’efficacité améliorée par l’automatisation du travail), n’est-ce pas? Et vu que les machines qui l’auront produite n’en auront de toute façon pas besoin ;)…

Bien entendu, la mise en place de tous ces changements nécessiterait une réflexion i-love-my-life-131918369071.pngapprofondie et une planification longue et structurée…mais le jeu en vaut la chandelle, vous ne trouvez pas?

Sur cette note économiquement enthousiaste,

Je vous souhaite une très bonne journée ensoleillée

Votre Vale.

 

 

Posted in Tendances Société | 1 Comment

Être parfait ou pas du tout, à vous de choisir

Hello,

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler de deux mouvements révolutionnaires, complètement à l’opposé l’un de l’autre et qui prennent de plus en plus d’ampleur ces dernières années dans notre société.

Le but des deux est de sortir de la norme, soit en l’« améliorant» (selon les défenseurs de la première philosophie), soit en refusant de s’y soumettre, en restant soi-même, même faibles et imparfaits… (le but ultime des défenseurs de la deuxième tendance).

transhumanismOn a donc d’un côté ceux qui veulent devenir “parfaits”, plus forts, beaux et intelligents. Ils veulent vivre plus longtemps et en meilleure santé, augmenter leurs capacités physiques et mentales en touchant et dépassant même aujourd’hui les limites humaines. Ils font partie de ce qu’on appelle le mouvement transhumaniste. Trans… quoi? Oui, vous connaissiez déjà les transsexuels et les graisses trans, voici maintenant les transhumanistes! (Ce mot est applicable à plein de domaines divers finalement…)

La définition exacte serait : un mouvement culturel et intellectuel international prônant l’usage des scTranshumanism_h+_2.svg.pngiences afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des êtres humains. Les défenseurs du transhumanisme considèrent le handicap, la souffrance, la maladie, le vieillissement ou la mort subie comme inutiles et indésirables. Dans cette optique, ils comptent sur les biotechnologies et autres techniques émergentes. Le terme transhumanisme est d’ailleurs symbolisé par « H+ », qui marque bien son côté «humain amélioré».

Et si les racines de ce mouvement remontent carrément à l’antiquité (en effet, l’homme a toujours était à la recherche de l’immortalité, que cela soit au travers de la quête de la fontaine de la Jouvence et autres élixirs miraculeux), c’est aujourd’hui que les progrès scientifiques et les biotechnologies permettent de réaliser ce désir ardent de l’homme. Aujourd’hui on peut déjà vous remplacer un bras et une jambe avec une prothèse superpuissante mais demain il sera possible, via des stimulations cérébrales ou des modifications génétiques, d’éliminer vos tocs et addictions ou définir carrément les traits du caractère du bébé avant même sa naissance (facile…).

Mais tout cela n’est pas innocent, vous le pensez bien. Le danger le plus évident? Perdre de 85628802_kevin_warw_142138cnotre humanité. Devenir des cyborgs. Comme ce professeur de la cybernétique à l’Université de Redding (UK), Kevin Warwick, qui, depuis quelques années déjà, transforme son propre corps afin de “…ne pas rester un simple humain, mais devenir un homme augmenté, un cyborg…”. Il s’est ainsi fait implanté plusieurs puces sous la peau afin de pouvoir commander, par la pensée, la domotique de son labo ou encore diriger une main robotisée. Son but est désormais de développer ses sens au maximum. Que la Force soit avec toi, comme on dit…

Et si vous voulez plus de détails, voici le documentaire complet sur le sujet 😉

Mais la dictature de la “parfaititude” a en eu les nerfs de certains. Comme cette star des réseaux sociaux, Essena O’Neill, qui a décidé de tout “envoyer péter” (désolé pour mon language imparfait 🙂 ), en révélant par la même occasion la vérité sur l’envers du décor des ses photos “parfaites”. Elle avoue par exemple avoir posé (pour une photo) « …presque 100 fois pour que mon ventre soit beau ».

« Je ne vivais pas dans le monde réel, je vivais à travers les écrans. Et j’ai créé un personnage de célébrité, une construction de moi-même, pensant que cela me rendrait heureuse. Je ne pouvais pas être plus loin de la vérité. » Amen.

Et pour faire les choses comme il faut, elle a même modifié les commentaires sur tous ses posts Instagram, afin de décrire la vérité pas très glamour derrière chacun d’entre eux…

This slideshow requires JavaScript.

Et ce n’est que le début. Le boom des photos de stars “au naturel”, des FailCon (ces conférences sur l’échec où des 4595227554_174fd80936entrepreneurs viennent s’épancher sur leurs flops) ou encore de nombreux blogs de femmes qui s’avouent être des mères « imparfaites » – tout cela est révélateur de cette envie d’arrêter de vouloir devenir un surhomme et de redevenir un humain, avec ses émotions et ses faiblesses.

A vous de voir quel camp vous voulez joindre. Le seul conseil que je peux vous donner est de suivre la voie qui vous rendra heureux 🙂

Sur cette note positive, je vous souhaite une très belle journée ensoleillée!

Votre Vale

Posted in Tendances Société | Leave a comment